La transmission du VIH/SIDA aux enfants peut également provenir directement de la mère

Les femmes séropositives sont très susceptibles de transmettre ce virus à leur bébé pendant la grossesse, l'accouchement ou l'allaitement. Les mères sont souvent citées comme la cause de la transmission du VIH/SIDA au bébé. Cependant, en fait, ce virus peut également être transmis au bébé par le père, même si la mère n'est pas du tout infectée par le VIH.

C'est étrange et rare, mais pas impossible. Une étude a prouvé que le bébé avait contracté le VIH parce que le père était séropositif, tandis que la mère était exempte d'infection par cette maladie.

La transmission du VIH/SIDA peut être imprévisible

Jusqu'à présent, les facteurs de la grossesse, de l'accouchement et de l'allaitement sont considérés comme des intermédiaires pour la transmission du VIH/SIDA de la mère au nouveau-né. Mais maintenant, ce n'est plus la seule cause du diagnostic de VIH chez un nouveau-né.

Le bébé peut contracter le VIH/SIDA directement du père, même si la mère est propre et non infectée par ce virus. Ce fait est publié dans AIDS Research et Human Retroviruses. Les résultats de cette étude indiquent qu'un père a également la possibilité de transmettre le virus VIH à son nouveau-né, bien que cela soit assez rare.

Thomas Hope, en tant que rédacteur en chef de AIDS Research and Human Retroviruses, a appelé le public à commencer à réaliser que les personnes infectées par le virus du VIH peuvent facilement transmettre la maladie, en particulier à partir de fluides corporels. Qu'il s'agisse de sang, de sperme (sperme), de liquide pré-éjaculat, de liquide rectal, de liquide vaginal et de lait maternel (ASI).

En bref, lorsque les fluides du corps d'une personne séropositive pénètrent dans votre corps, vous courez le risque d'être infecté par le VIH. La plupart des cas de transmission du VIH peuvent survenir par n'importe quel moyen, même le plus inattendu.

Le contact direct est la cause principale

Après une enquête plus approfondie, il s'avère qu'il existe une cause particulière derrière la transmission du VIH/SIDA du père au bébé. La raison, peu de temps après la naissance du bébé, le père a été testé positif au VIH. Pendant ce temps, au même moment, l'homme suivait régulièrement un traitement contre la varicelle et la syphilis.

Les chercheurs ont conclu que l'infection par le VIH du nouveau-né a commencé lorsqu'il est entré en contact direct avec les fluides provenant des plaies de la varicelle et de la syphilis de son père. Le liquide est suspecté d'avoir le virus VIH et est très facile à propager.

Les chercheurs ont déclaré que le père avait le virus du VIH suffisamment élevé dans son corps, de sorte que le liquide de la plaie de la varicelle pourrait contenir le virus. Ils ont également déclaré que la transmission du VIH/SIDA à l'enfant s'est produite lorsque l'enfant a été exposé au liquide de la blessure du père.

Nuno Taveira, conférencier à l'Institut de recherche en médecine de l'Université de Lisbonne, a réitéré que le virus du VIH se transmet facilement à partir des ampoules cutanées brisées des personnes vivant avec le VIH. Même ainsi, toutes les ampoules ne risquent pas de transmettre le virus VIH. Parce qu'habituellement, le virus VIH n'est présent que dans le liquide de la vésicule qui est classé comme dangereux.

La transmission du virus VIH des parents aux enfants peut-elle être évitée ?

La maladie du VIH transmise par les parents, père et mère, semble dangereuse pour leurs enfants. Mais au moins, il y a certaines choses que vous pouvez essayer pour minimiser la transmission du VIH/SIDA aux enfants. Si vous êtes enceinte et diagnostiquée séropositive, votre médecin vous recommandera divers traitements que vous devrez suivre régulièrement.

Des soins appropriés pendant la grossesse peuvent réduire la gravité du VIH dans le corps, réduisant ainsi le risque de transmission du virus au bébé. Cela ne s'arrête pas seulement pendant la grossesse, pendant l'accouchement et l'allaitement, vous devez toujours prendre des précautions particulières pour empêcher la propagation du virus VIH à votre tout-petit.

Généralement, il existe deux alternatives qui peuvent être choisies lors de l'accouchement, à savoir l'accouchement vaginal ou l'accouchement par césarienne. Si le médecin estime que le risque pour le bébé de contracter le VIH est suffisamment élevé, alors une césarienne est le bon choix.

De même, si vous et votre partenaire souffrez de maladies infectieuses dangereuses, telles que le VIH, la syphilis, l'herpès, etc. Autant que possible, limitez le contact direct avec votre nouveau-né pendant un certain temps jusqu'à ce que votre état commence à s'améliorer.

Essentiellement, soyez plus prudent avec chaque traitement que vous donnez à votre tout-petit. Parlez immédiatement à votre médecin si votre bébé présente des symptômes inhabituels et des problèmes de santé plus tard dans sa vie.

Messages récents